cspa

ExtradXXange

Started by Basoke in cspa 2 months ago
Lieu de rédaction tripartite orientée 14 Juin.

Voilà ma proposition de lettre (intégrant quelques phrases proposées par Paul dans son mail)


p { margin-bottom: 0.25cm; line-height: 120%; }a:link { }

Chers Rédacteurs de Mediapart,

Nous sommes très étonnés de votre silence quant à la dégradation brutale de la situation de la presse libre dans le monde. Il ne peut plus être question aujourd’hui de se contenter d’examiner les événements à une échelle strictement nationale.

Voilà la situation : le 11 avril, Julian Assange est arrêté à Londres : un journaliste (qualité reconnue par la justice anglaise elle-même – lien), réfugié dans une ambassade de crainte d’être extradé aux US du fait de son activité de journaliste (crainte justifiée, on le voit aujourd’hui). Un tabou saute et le 5 juin (lien), moins de 2 semaines après son inculpation pour « espionnage », la police australienne fait une descente dans les locaux de la chaîne ABC à Sydney, exige de voir les mails et les fichiers des journalistes. Pourquoi ? Pour une émission de 2017 révélant des allégations de crimes de guerre commis par les forces spéciales australiennes en Afghanistan. Précisons que le gouvernement australien s’est octroyé le droit de « changer, effacer, modifier » le contenu des fichiers informatiques de leurs administrés.

La veille, à Canberra, la police avait fait une autre descente, au domicile de la rédactrice en chef du service politique du Daily Telegraph… en lien cette fois avec un article traitant de la question des nouveaux pouvoirs du gouvernement pour la surveillance des citoyens. The Telegraph.

Le 10 mai, à San Francisco, la police défonce la porte du journaliste freelance Bryan Carmody, le menotte et le somme de livrer ses sources dans le cadre d’une affaire de meurtre d’un élu de la ville.

En France ? Vous avez couvert le traitement des journalistes de Disclose et celui des reporters qui couvraient les manifestations des Gilets jaunes.

Nous ne sommes donc pas face à une petite affaire. Or ces développements n'ont pas même motivé une brève Reuters.

Ce qui est en cause ici, c’est la fonction du journalisme en tant que contre-pouvoir, et la liberté des professionnels de publier des informations que les dirigeants préfèrent garder secrètes. Or ce statut, cette fonction et cette liberté dont notre journal se fait défenseur et hérault, les médias dans leur globalité ont très largement contribué à l’abattre.


Voici quelques informations sourcées qui semblent vous manquer :

    2 Liste des articles les plus récents publiés [les manigances de l'Angleterre (50 semaines pour un motif de rien du tout et que fait-il à Belmarsh) /, l'attitude de la Suède et du tribunal suédois / Etat de santé / rapport ONU torture / prix pour Assange / Sigurdur Thoarson /

3

Julian Assange a proposé un modèle d’information tout à fait nouveau. Ce faisant, il a déplu à presque tout le monde. Nous avons assisté à une campagne inouïe de désinformation, rumeurs présentées comme des faits, accusations claironnées sans précautions. Les médias dans leur quasi-totalité se sont engouffrées sur ce boulevard en relayant, sans rien vérifier, ce que d’autres médias avaient auparavant publié sans vérifier. Un emballement relayant systématiquement l’éclairage fourni par les premiers coupables, c’est-à-dire ceux qu’Assange et WikiLeaks avaient incommodés. La version des gouvernements de qui WikiLeaks avait révélé les mauvaises pratiques, voire les crimes. Chaque accusation à charge a été relayée en fanfare, et aucune rétraction n’a été faite quand une accusation s’est avérée fausse.

Or ces médias possédaient parfois les éléments publiés par WikiLeaks, sans rien en faire. Le Washington Post avait la vidéo Collateral Murder de Chelsea Manning mais ne s’était pas risqué à la publier. Ces médias avaient parfois fait un bout de chemin avec WikiLeaks (affaire Snowden). Le nœud du problème est là : la place des médias et leurs petits arrangements avec le statu quo. Les Panama Papers, par exemple : nous, le grand public, qu’en avons-nous vu ? Les médias ont transmis quelques informations, choisies, celles qui ne dérangeait pas trop les puissants, mais ils ont gardé pour eux le matériau d’origine.

Julian Assange et WikiLeaks proposent une transparence radicale.

Julian Assange et WikiLeaks ont toujours publié la vérité.

Leurs publications n’ont jamais mis quiconque en danger (le listing de noms de Turques (opposantes turques?) a en fait été révélé par Emma … qui revendique sa publication – retrouver le lien. SOS Cristina !!).

Julian Assange a été calomnié, les soi-disant « viols » suédois sont une manipulation éhontée (liens, y compris peut-être celui qui montre Anna Ardin en manipulatrice à Cuba?), la justice anglaise n’applique pas ses propres lois, la justice suédoise non plus, les effets personnels et dossiers de défense d’Assange, restés à l’ambassade d’Équateur, ont été remis aux US pour être utilisés dans le dossier à charge… la liste est sans fin.

Le journalisme mondial fait très mauvaise figure dans cette affaire. À trop s’appuyer sur le storytelling des puissants, il a sapé sa propre utilité au point devenir indissociable, bien souvent, de la com’ gouvernementale. Aujourd’hui, les gens du métier commencent à s’apercevoir qu’ils ont creusé leur propre fosse.

2 months ago

En tant que ressource : la "Lettre ouverte au président Trump" publiée par WikiLeaks. Elle était en lien dans le "mode d'emploi, comment aider Assange" envoyé par Céline.

Run by Courage

Faites un don!

Lettre ouverte au Président Trump

Monsieur le Président,

Nous sommes des journalistes, activistes et citoyens des États-Unis d'Amérique et du monde entier. Nous nous faisons du souci pour la liberté de la presse et c'est pourquoi nous vous écrivons cette lettre en réponse aux récentes menaces de poursuites contre WikiLeaks pour son travail journalistique. Nous vous demandons de clore immédiatement l'enquête du grand jury contre WikiLeaks et d'abandonner les charges contre Julian Assanges et les autres membres de l'équipe de WikiLeaks prévues par le Ministère de la Justice.

Cette menace contre WikiLeaks intensifie une longue guerre d'usure contre cette grande valeur des États-Unis qu'est la liberté d'expression. Le gouvernement de Barack Obama a engagé des poursuites judiciares contre plus de lanceurs d'alerte que tous les présidents réunis et a ouvert une enquête sans précédent contre WikiLeaks par un grand jury. Il est clair maintenant que les États-Unis se préparent à franchir une étape - engager des poursuites contre les éditeurs qui fournissent la "devise" qu'est la liberté d'expression, pour paraphraser Thomas Jefferson. Il a été rapporté que des poursuites pour complot, vol de biens gouvernementaux, violation de l'Espionage Act et plus encore, sont en préparation contre les membres de l'équipe de WikiLeaks, et que la poursuite du rédacteur de WikiLeaks Julian Assange est désormais une priorité pour le Ministère de la Justice.

Une menace contre WikiLeaks, dont les publications sont protégées par le premier amendement de la constitution américaine, est une menace contre la liberté de la presse en général. Si le Ministère de la Justice peut reconnaitre un éditeur coupable pour son travail de journaliste, toute publication peut être criminalisée.

C'est pourquoi nous vous appelons en tant que Président des États-Unis à clore l'enquête du grand jury contre WikiLeaks et à abandonner toutes charges prévues contre les membre de l'équipe de WikiLeaks. C'est grâce à une presse libre et robuste que vous avez pu être élu. Défendre une réelle liberté de a presse nécessite de se libérer de la peur ainsi que d'encourager et de soutenir les journalists et les citoyens ; une menace telle que celle à laquelle WikiLeaks doit faire face - et ainsi, tous les éditeurs et journalistes - est un pas vers la pénombre.

2 months ago

Super :)

Plan du mail :

1 ] "EMMA" et les "Turkish files"

2 ] "ExtradXXange" ce que je vais faire


1 ] "EMMA" et les "Turkish files"

En recherchant un peu sur "Emma wikileaks turkish" , on tombe sur un nouveau macramé de fils à tirer à partir de quelques noms, comme on en a avec Christopher Steele,  et maintenant Sigurdur Thoardson ; là il ne s'agit pas de relation du maistream à Wikileaks mais des hackers/journalistes d'investigation entre eux, sur un mode "les espions s'espionnent entre eux" ; sans préjuger mais en pensant très fort à l'hypothèse évidente de manipulation FBI/CIA derrière ces nouveaux (pour nous) masques [au passage je tombe sur un autre axe de Assange-bashing : www.trendrr.net/4815/top-10-richest-journalists-in-the-world-famous-net-worth-salary/ ].

On découvre que "Emma Best" est le pseudo d'un Michael Best qui assume en effet la part de responsabilité de l'édition des turkish files (effectivement communiquées par Wikileaks selon lui, mais dans un pack de docs concernant la Turquie dont il n'était pas prévu que tout soit publié). Il semble bien  que le Michael Best en question soit celui-là : muckrack.com/michael-best-1 , jusqu'en avril dernier correspondant en Europe de la chaine dont il a été promu directeur du service politique depuis : twitter.com/michaelbesty.

La cause finale de ces sites est très visiblement de décrédibiliser Assange et Wikileaks dans la communauté informelle des hackers et de leurs soutiens comme nous, sur un mode plus retors que le mainstream mais non moins "stove-piper" (et toc, un nouveau terme au lexique du globish utilitaire ^^). L'objectif de tous les papiers est l'incrimination d'Assange comme protecteur de Erdogan et comm allié de la Russie, avec pour mission le sabotage de l'investiture démocrate et le soutien de la campagne Trump.

archive.is/0VsQR :

Je vous laisse "aller plus loin" :

www.patreon.com/EmmaBest ; emma.best/2018/07/29/11000-messages-from-private-wikileaks-chat-released/ à explorer ; 

www.vice.com/en_us/article/3kyv9n/activist-publishes-11000-wikileaks-twitter-direct-messages-dms

emma.best/2018/07/29/11000-messages-from-private-wikileaks-chat-released/

www.vice.com/en_us/article/kb7pgw/what-went-wrong-with-the-turkey-data-dump

www.emptywheel.net/2017/08/18/why-did-wikileaks-publish-the-turkish-emails/

de ce dernier j'extrais ceci, d'où popent de nouvelles têtes encore en amont :

  • The other most celebrated case where inaccurate accusations against Wikileaks may have been counterproductive was last summer when something akin to what happened with the Macron leak did. Wikileaks posted a link to [Emma] Best’s archived copy of the AKP Turkish emails that doxed a bunch of Turkish women. A number of people — principally Zeynep Tufekci — blamed Wikileaks, not Best, for making the emails available, and in so doing (and like the Macron dump) brought attention to precisely what she was rightly furious about — the exposure of people to privacy violations and worse. Best argues that had Tufekci spoken to [her] directly rather than writing a piece drawing attention to the problem, some of the harm might have been avoided.

    But I also think the stink surrounding Wikileaks distracted focus from the story behind the curious provenance of that leak. Here’s how Motherboard described it.

    • "Here’s what happened:

    First, Phineas Fisher, the hacker notorious for breaching surveillance companies Hacking Team and FinFisher, penetrated a network of the AKP, Turkey’s ruling party, according to their own statement. The hacker was sharing data with others in Rojava and Bakur, Turkey; there was apparently a bit of miscommunication, and someone sent a large file containing around half of akparti.org.tr’s emails to WikiLeaks.

    WikiLeaks then published these emails on July 19, and as some pointed out, the emails didn’t actually seem to contain much public interest material.

    Then Phineas Fisher dumped more files themselves. Thomas White, a UK-based activist also known as The Cthulhu, also dumped a mirror of the data, including the contentious databases of personal info. This is where Best, who uploaded a copy to the Internet Archive, comes in.

    Best said [she] didn’t check the contents of the data beforehand in part because the files had already been released.

    “I was archiving public information,” [she] said. “Given the volume, the source, the language barrier and the fact that it was being publicly circulated already, I basically took it on faith and archived a copy of it.” "


2 ] "ExtradXXange" ce que je vais faire :


Je me propose donc pour ma part d' attendre que soit finalisé et publié dans l'édition ou/et chez Céline, Segesta, Basic Blog et l'édition,  le texte de Juliette, pour le publier moi-même également. Bref qu'on le publie à peu près en même temps si Juliette en est d'acc, sinon je lierai simplement dans mon MP et mail l'url de la publication que vous aurez dédidée.

Donc donc au même moment, poster un mp + mail à listes.  Je ne reprendrai pas le résumé complet de l'affaire et de ses implications générales, puisque le lien sur blog du billet du texte de Juliette sera donné et que je ne considère pas que c'est l'objet immédiat mais l'objet consécutif, comme je l'invoque ci-dessous :

je formulerai le strict minimum d'introduction incriminant à fleuret à peine moucheté la rédaction d'omerta sur les développements les plus récents, laissant le débat de fond sur l'ensemble de l'affaire, indiqué par le lien du txt, ouvert et à reconduire dans et après les articles à venir, me contentant de fournir sans commentaire les liens des articles anglais qu'on a publiés dans les différents blogs depuis l'arrestation au titre des "informations qui semblent vous manquer"

Ma liste d'adressage comportera :

A - Dans le MP :

Rédaction : Plenel, Bonnet, Mauduit, Orange, Salvi, Perraud, Confavreux, Pigeaud, Magnaudeix, Hourdeaux ;

Abonnés :

  • des "importants" : Cahez, Branco, Maillart, Tonneau, Roémas, Vingtras, Sycophante, Arrue, ....
  • + VOS SUGGESTIONS PLEASE
  • + mes autres contacts dans la limite des places disponibles

B - Hors journal , sous le titre de mail : "LEAK : Club Médiapart : Une lettre privée d'abonnés scandalisés à la rédaction" :

Ma liste d'adresse perso, dont : une journaliste du Monde Diplo, quelques universitaires directeurs de labos de recherches, un éditeur, quelques noms référentiels du théâtre engagé en Fr de ma génération (qui ne pèsent plus grand chose), des quidams amis, des vieilles relations de boulot oubliées mais toujours listées au sein des mêmes réseaux.... .

Entre nous, si vous avez eu l'infinie patience, le temps, la curiosité, bref au total l'action concrète d'amitié, de lire jusque là : je ne crois absolument pas à mon efficacité personnelle avec cette liste dont personne ne semble ne serait-ce qu'ouvrir mes mails : mon dernier envoi donnait le lien du Matt Taibbi dans l'édition. Le test est concluant : PAS UN SEUL de mes 280 destinataires ne m'a signalé que ce lien est mort.

"Tout ça me tourmente un peu, la douleur m'éventre, mais je ris dès que je peux", comme dit Benjamin Biolay dans l'une de ses plus belles chansons personnelles.


2 months ago

Complément sur Michael Best, visiblement conjoint à l'opération de stove piping #russigate :

www.dailydot.com/layer8/leaked-wikileaks-twitter-chat-emma-best/

2 months ago

STOP les machines sur un point d'orgue : méa culpa méa culpa 20 000 avé Maria : le doublonage triplonage multiplonage est proscrit par la Charte !

On a déjà de la chance de ne pas avoir été visés à travers ma pomme qui n’arrête pas de passer Assange en contrebande dans tous mes coms en liant au moins Céline, Segesta, et l'Edition. Preuve d'invisibilité?.... l'édition a gagné en abonnés, en tout cas, Céline aussi mais c'est d'abord grâce aux deux Unes (génial!.... vais être moins cash dans mon mp), Segesta je ne sais pas. J'espère ne pas y avoir été tout à fait pour rien.

Je ferai ce soir comme j'ai dit avec le matériel disponible et donc un seul lien de billet par titre d'info, en répartissant entre les blogs (ce seront majoritairement les articles traduits/publiés chez Céline, donc, dont forcément les deux unes ; et je le répète sans commentaire de ma part)

 Par contre je ne posterai pas le "leak" à mes contacts hors du journal.... pas encore ; ça dépendra de la réaction de la rédaction.
2 months ago

:)

Oh non, pas de bagarre, surtout! Nous nous battions pour la transparence, il me semblait. Entre nous l'opacité serait risible, non?

Vous allez pouvoir bosser tranquille. De mon côté j'achèterai peut être un nom de domaine pour y ouvrir un vrai forum, où vous serez invités à vous inscrire si ça vous chante.

J'ai passé ma vie en an-archiste radical, ce n'est pas maintenant que je compte changer d'axe.

Bien à Assange. "Nous", je ne sais pas qui c'est.


2 months ago
Made with Agorakit (1.2) - Embed this page